Conférences Jean Cavaillès

Sur une initiative de Raymond Aron formulée en 1955, la Société des Amis de Jean Cavaillès a organisé des conférences de « philosophie scientifique » en plus de son activité d’attribution du Prix Jean-Cavaillès :

  • 20 mai 1955, Daniel Lacombe (Faculté des Sciences de Paris), « Les principaux malentendus concernant la logique symbolique et les systèmes formels » ;
  • 25 mars 1957, Gilles Gaston Granger (Faculté des Lettres de Rennes), « La pensée philosophique de Jean Cavaillès ».

Est ensuite organisée, sur la proposition de Raymond Aron en 1958, une série de conférences sur la méthodologie des sciences humaines. Elles ont lieu de février à avril 1959, avec les orateurs suivants :

  • Fernand Braudel
  • André Martinet
  • Guilbaud (Georges-Théodule ?)
  • Claude Gruson
  • François Perroux

Après la réactivation de la Société en 1989, les conférences reprennent.

  • 15 décembre 1990, Gilles-Gaston Granger : « La rationalité mathématique comme paradigme de la rationalité épistémique ».
  • 15 janvier 1992, Denis Kambouchner (Université de Clermont-Ferrand), « L’analyse du cogito et la division de la philosophie » ;
  • 23 janvier 1993, Jan Sebestik, « Logique et mathématique chez Bernard Bolzano »;
  • 19 mai 1995, Alain Michel, « Après Cavaillès, l’histoire des mathématiques ».

Chaque année, depuis 2009, la Société des Amis de Jean Cavaillès organise, à la suite de son Assemblée générale, les Conférences Jean Cavaillès.

Première Conférence Jean Cavaillès

Michael Detlefsen (Université de Notre-Dame) :
« La rigueur et la quête de la preuve ».
Samedi 21 novembre 2009, École Normale Supérieure de Paris.

Deuxième Conférence Jean Cavaillès

Laure Saint-Raymond :
« Boltzmann et l’irréversibilité du temps ».
Samedi 20 novembre 2010, École Normale Supérieure de Paris.

Troisième Conférence Jean Cavaillès

Jacques Bouveresse (Collège de France) :
« Carnap, Cavaillès, le Mouvement de la Jeunesse et la montée du nazisme dans les années 1930 ».
Samedi 10 décembre 2011, École Normale Supérieure de Paris.

Quatrième Conférence Jean Cavaillès

Pierre Cartier :
« La question de l’unité des mathématiques aujourd’hui ».
Samedi 1er décembre 2012, École Normale Supérieure de Paris. 

Cinquième Conférence Jean Cavaillès

Olivier Darrigol (CNRS) :
« Trois arguments pour une nécessité rationnelle de la mécanique quantique ».
Samedi 30 novembre 2013, École Normale Supérieure de Paris.

Sixième Conférence Jean Cavaillès

Alain Chenciner (Observatoire de Paris, Université Paris-Diderot) :
« Ombres et traces ».
Samedi 29 novembre 2014, École Normale Supérieure de Paris.
Voir l’affiche et le résumé.

Septième Conférence Jean Cavaillès

Samedi 29 novembre 2015, salle Jean Cavaillès, École Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 17 heures :
Gerhard Heinzmann (Université de Lorraine, Archives Henri-Poincaré) :
« L’intuition épistémique ».

Huitième Conférence Jean Cavaillès

Samedi 14 janvier 2017, salle Dussane, École Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 17 heures :
Marc Lachièze-Rey (Directeur de recherches émérite au CNRS) :
« La physique sans le temps ».
Résumé :
La disparition du temps constitue le message essentiel des théories einsteiniennes de la relativité. S’agit-il seulement d’une formule un peu provocatrice et exagérée ?
Je répondrai par la négative en montrant comment la réalité du monde est incompatible avec l’existence du temps. Ce n’est pas une conséquence des théories d’Einstein ; mais une conséquence de l’observation de certaines situations, aujourd’hui devenues courantes, dont aucune description ne peut être fournie si l’on utilise la notion de temps (les théories einsteiniennes sont construites pour rendre compte de cette incompatibilité).Si notre « temps universel » semble bien posséder les propriétés que nous attribuons au temps, je décrirai comment, bien loin d’être effectivement universelle, cette grandeur est propre à une certaine classe d’observateurs terrestres (nous-mêmes) ; je montrerai que sa définition et sa validité ne tiennent que dans une certaine approximation adaptée à notre vie courante ; certaines expériences récentes montrant de manière très claire que rien de tel ne peut exister, même dans l’enceinte confinée d’un laboratoire.Si la notion de temps convient parfaitement pour nos existences et notre environnement, il sans doute temps (!), un siècle après la découverte des théories relativistes, de prendre en compte son inadaptation à la description du monde.