Prix Jean Cavaillès

Décerné par le Bureau de la Société des Amis de Jean Cavaillès, le Prix Jean Cavaillès récompense un travail de philosophie — de préférence de philosophie scientifique.

Prix Jean Cavaillès 1950

À Paul Ricœur, pour la traduction, avec introduction et notes, des Idées directrices pour une phénoménologie de Husserl.

Prix Jean Cavaillès 1951

À René Taton, pour ses thèses de doctorat L’Œuvre scientifique de Monge et L’Œuvre mathématique de Desargues.

Prix Jean Cavaillès 1958

À Suzanne Bachelard, pour ses thèses La Conscience de rationalité et La Logique de Husserl sur Logique formelle et logique transcendantale de Husserl.

Prix Jean Cavaillès 1964

À Roger Martin, pour son ouvrage Logique contemporaine et formalisation.

Et à Jacques Derrida, pour la traduction et le commentaire de « L’Origine de la géométrie » de Husserl.

Prix Jean Cavaillès 1969

À Jean-Toussaint Desanti, pour sa thèse Les Idéalités mathématiques.

Prix Jean Cavaillès 1977

À Jacques Bouveresse, pour ses travaux sur Wittgenstein et sa thèse de doctorat, Le Mythe de l’intériorité : expérience, signification et langage chez Wittgenstein.

Prix Jean Cavaillès 1990

À Jean-Pierre Séris, pour son ouvrage Machine et communication. Du théâtre des machines à la mécanique industrielle.

Prix Jean Cavaillès 1995

À Jan Sebestik, pour son ouvrage Logique et mathématique chez Bernard Bolzano.

Prix Jean Cavaillès 1998

À Philippe de Rouilhan, pour son ouvrage Russell et le cercle des paradoxes.

Prix Jean Cavaillès 2003

À François Gaillard et Marcel Guillaume, pour leur traduction des Fondements de la géométrie de David Hilbert.

Prix Jean Cavaillès 2008

À François Rivenc, pour son ouvrage Introduction à la logique pertinente.

Prix Jean Cavaillès 2015

À Brice Halimi, pour son ouvrage Le Nécessaire et l’universel. Analyse et critique de leur corrélation.